On parle de nous…

  • « Dimanche dernier, c’était «Toutes caves ouvertes» à Montpeyroux, village héraultais de mon cœur. Pourquoi est-il «de mon cœur» ? La faute au Carignan, vous vous en doutez, mais aussi à cause d’irréductibles vignerons qui s’accrochent sur les terrasses aux pieds du Larzac et du Mont Baudille (848 mètres de haut) tels des huguenots à leur désert ». »Autres arrêts marquants, chez des amis qui comptent bien que n’ayant pas toujours de Carignan à m’offrir, et dont les vins ont su me retenir : Alain et Catherine Chabanon d’un côté (dont je vous recommande l’excellent site), et le Domaine du Joncas de l’autre pour tremper mes lèvres dans le premier « Joia » 2011, de Christiane et Pascal Dalier. »

Michel SMITH, Pour Le Vin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s’intitule lui-même « Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance ».

  • « Dimanche 15 Avril, tous les vignerons investissaient le vieux village pour présenter les millésimes à la vente. Tous, depuis la coopérative artisanale abritant le vin languedocien le plus vendu au Canada (Comtes de Rocquefeuil) jusqu’aux derniers arrivés: (…) le prometteur et enthousiaste Joncas ».

Sylvie TONNAIRE, Mission Montpeyroux – TerreDeVins

  • « Domaine du Joncas : Pascal et Christiane Dalier ont quitté leur Lorraine et une première vie professionnelle pour s’installer à Montpeyroux et y créer leur domaine ; je les avais rencontrés chez des amis l’été dernier et depuis je les ai retrouvés à l’occasion de dîners de dégustation autour des vins de vignerons (Mimosa, de l’Art ou du cochon) ; j’étais tenu au courant de leurs activités par leur blogue et j’attendais avec curiosité la sortie de leur première cuvée, issue de leurs premières vendanges 2011 ; la cuvée Joïa (gre 60/ syr 40) élevée pour 3/4 en cuve inox et pour 1/4 en oeuf de béton devait être mise en bouteille le lendemain lundi (voir message ci-dessous) : attaque fraîche, jolie matière et assez souple, notes de violette et de cerise, tanins soyeux, le prix proposé (12 euros) est justifié ; pensez à réserver car il n’y aura que 3200 bouteilles et vous pourrez dire « Môssieu, j’y étais et j’ai dans ma cave le premier millésime de la première cuvée de Joncas » »

Michel-Igor GOURÉVITCH (MIG)
V.M.D. Conseils
Vins, mets et denrées : conseils, dégustations, accords culinaires,
http://le bloguedigor.free.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *